Streamiz : l’opérateur finalement condamné à plus de 80 millions d’euros

Streamiz au moment de sa fermeture par les autorités était un site de torrents très populaire en France.

C’est pour cette raison d’ailleurs que le site avait attiré l’attention des ayants droits.

Fermé en 2011, l’affaire vient tout juste de se terminer devant les tribunaux.

Plus de 80 millions d’euros d’amende pour l’opérateur. Mais ce dernier ne s’est pas présenté à son jugement et reste introuvable.

Streamiz un site de torrent très populaire

En 2011, au moment de sa fermeture, Streamiz était le deuxième site de torrents le plus populaire de l’Hexagone. Et du coup, victime de son succès, la SACEM était monté au créneau et portait plainte.

Finalement l’opérateur du site est interpellé, toujours en 2011. Au moment de son arrestation, il avait 30 000 euros en liquide sur lui ! Des liasses de billets rangées dans des chaussettes à l’intérieur de son sac-à-dos.

Il sera alors convoqué par le juge d’instruction. Mais l’homme âgé de 41 ans au moment des faits ne se présente pas devant les tribunaux.

En réalité, il est introuvable depuis tout ce temps. On comprend très bien pourquoi. L’homme devrait payer plus de 80 millions d’euros de dommages et intérêts aux ayants droit !

…qui générait beaucoup d’argent

A son apogée Streamiz générait beaucoup d’argent à son administrateur. Son contenu riche et de bonne qualité attirait en effet de nombreux utilisateurs. Or un tel trafic génère de confortables revenus publicitaires. Plus de 40 000 films étaient ainsi disponibles via le site.

En effet, Streamiz en soit n’était qu’un intermédiaire, un annuaire. La plateforme ne faisait en fait que répertorier et rediriger vers d’autres sites tels que Megaupload, Dailymotion ou même Veoh.

Si le site ne contenait donc aucun contenu à proprement parlé, cette popularité dérangeait tout de même énormément la SACEM… Quant aux utilisateurs nombre d’entre eux téléchargeaient du contenu avec précaution, c’est-à-dire en utilisant un VPN comme Cyberghost, VyprVPN ou NordVPN.

Comme la plupart des autres sites illégaux, c’est la publicité qui permettait de générer des revenus à son propriétaire. Et d’après les estimations, grâce à cette publicité l’administrateur a récolté un joli pactole. En deux ans, il aurait ainsi amassé un magot de 150 000 euros environ.

Si on le rapporte à un salaire mensuel, cela donne plus de 6000 euros par mois. De quoi se faire largement plaisir et vivre le plus confortablement du monde…

Mais bien sûr la « vie facile » ça ne plait pas aux autorités. Et il fallait donc montré l’exemple. L’homme a finalement été condamné à verser 83,6 millions d’euros de dommages et intérêts aux ayants droit ! Pire, il aurait également été condamné à 2 ans de prison par le tribunal de Nanterre. On comprend donc pourquoi l’administrateur a préféré prendre la fuite et ne pas se présenter à son jugement.

Pour le moment il reste donc toujours introuvable.